2 - Les essais dynamiques par génératrice de rotation

 Structures concernées :

 

 

De la structure la plus petite à la plus grande hauteur, de la plus simple à la plus complexe :

 

  • les structures de petites hauteurs < 16 m, celles non accessibles, fragiles, rhabillées de composites…
  • les structures de moyennes hauteurs >16 m < 25 m : Eclairages sportifs ou routiers, ...
  • les structures de grandes hauteurs de 25 à 50 m et + : Supports d’éclairage de grands espaces avec couronnes fixes ou mobiles, supports d’éclairage de stades avec herses et/ou passerelles, supports antennes, mâts de signalisation ou totems…
  • les PPHM : Portiques, Potences et Hauts-Mâts de signalisation.

Principes fondamentaux de la technologie REI-LUX par Génératrice de Rotation :

 

 

Afin de ne pas être destructif, pour tous les contrôles mécaniques et de stabilité de structures et de fixations de façades, le Groupe REI-LUX applique son principe fondamental : mesurer la tenue à l’effort plutôt que de se limiter à constater la tenue de résistance en pleine charge. Ces contrôles répondent bien aux exigences CND définies par le Cofrend.

mettre texte cofrend + dtu (mettre aussi dans texte statique

Ces essais ont pour objectif de mettre la structure en exitation à l’aide d’une génératrice de rotation, en passant toutes les phases (de fréquence) jusqu’à obtention de sa fréquence propre. 

Dans cette plage de fréquence chaque partie de la structure (partie basse, partie haute, accessoires) sera balayée et l’analyse portera sur son comportement entre l’entrée et la sortie de fréquence propre.

 

Le type de génératrice de rotation, sa charge et son positionnement sont déterminés en fonction de l’inertie de la structure à contrôler.

Deux lasers et une caméra 3D relèvent au 1/1000 mm, les mesures tridimensionnelles des déplacements de la structure (avant-arrière, gauche-droite, bas-haut) :

  • sur les 360° de la circonférence
  • sur toute sa hauteur du dessous du massif à la fixation des éléments en tête.


La réponse de la structure est appréhendée selon des mesures de résonnance et d’amortissement (principe de Fourier)


Cette méthodologie permet de contrôler sans risque de rupture, tout type de structure, de la plus petite à la plus grande, de la plus légère (quelques dizaines de kilos) à la plus lourde (plusieurs tonnes), sans aucun démontage d’accessoires, d'échelles, de câbles, d’éléments décoratifs… qui pourraient être fixés le long de celle -ci.

L’analyse croisée des graphiques des deux lasers permet :

1. de valider la stabilité de la structure
2. de valider la tenue mécanique de la fondation et du support
3. de déceler les défauts mécaniques d’assemblage ou de serrage en partie basse (tiges d’ancrage, semelle), les parties intermédiaires (serrage des différents éléments du support), mais également en partie haute (serrage et tenue des accessoires, crosses, traverses, passerelles, herses, etc…).

 

Retour à l'accueil   La méthodologie en quelques clics   Tests fixations de façade

Attention ! Votre navigateur est obsolète.
Pour des raisons de sécurité et de confort de navigation , nous vous recommandons la mise à jour vers les dernières versions des navigateurs : Internet Explorer , Firefox ou Google Chrome.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. J'accepte